Un bon tatouage est une œuvre d’art qui vous différencie des autres en tant qu’individu. On comprend donc pourquoi choisir son dessin dans un catalogue n’est pas vraiment un choix idéal… Après tout, il n’y a rien de pire que d’arriver à une soirée et d’arborer la même tenue que quelqu’un d’autre, surtout si c’est celle que vous devez porter tous les jours ! Grâce aux nouvelles technologies, il est maintenant possible de réaliser des tatouages que personne n’aurait imaginé possibles il y a dix ans.

Bien que les tatouages soient toujours réalisés à la main, les méthodes de création ont beaucoup évolués. Le tatoueur le plus connu, Sailor Jerry, réalisa dans les années 20 ses premières œuvres à l’aide d’une simple aiguille (il adopta par la suite une machine rotative). De nos jours, les tatoueurs utilisent des outils très modernes à la fois plus sûrs et plus efficaces, équipés de plusieurs aiguilles capables d’accomplir simultanément des tâches distinctes. Sailor Jerry, qui fit ses débuts dans la Navy, est connu pour ses tatouages « flash » représentant des ancres et des bouteilles de rhum. Des motifs d’autant plus mis en valeur par les techniques rustres de l’époque. En comparaison, le tatoueur type d’aujourd’hui est vraisemblablement équipé d’une machine Cheyenne Hawk Thunder, fabriquée en Allemagne. Cette machine relativement récente a révolutionné l’art du tatouage en permettant aux artistes de dessiner sur la peau comme ils le font sur du papier : elle est fluide, polyvalente, et graphique.

Ces nouveaux appareils offrent également la possibilité d’utiliser d’autres avancées technologiques : les ordinateurs et la création numérique. De nos jours, le motif d’un tatouage n’est pas nécessairement réalisé à la main, et les tatoueurs se servent désormais de logiciels tels que Photoshop pour créer des illustrations en plusieurs couches, bien loin du simple dessin ! Les outils mis à leur disposition rendent la réalisation de ces œuvres d’art possible. Le studio allemand Buena Vista Tattoo Club par exemple a fait parler de lui dans toute l’Europe avec son nouveau style « Trash Polka ». Il s’agit d’un mélange d’images, de textes, de graffitis, et d’ombres réalisé par ordinateur pour créer de splendides tatouages à la fois réalistes et picturaux :

Images, textes, graffitis, ombres

(Crédits: Buena Vista Tattoo Club)

Les logiciels de design graphique ont également permis de réinventer les thèmes traditionnels du tatouage. Xoil de Needles Side Tattoos, basé à Thonon-les-Bains, est devenu l’un des piliers de cette tendance. Il utilise Photoshop pour superposer textes, lignes asymétriques, et images abstraites. Le résultat n’est pas sans rappeler les techniques de collage, entre illustration, dessin, et peinture :

Xoil de Needles Side Tattoos

(Crédits: Needles Side Tattoo)

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’utilisation de Photoshop a permis à Xoil de se créer une identité artistique propre, que l’on retrouve dans toutes ses oeuvres. Reconnaissables par ses coups de pinceau et ses lignes graphiques, ses dessins incluent également des éléments naturels tels qu’un oiseau ou une fleur, et adoucissent son style. Pas étonnant que son emploi du temps soit complet pour les trois prochaines années !

Needles Side Tattoo

(Crédits: of Needles Side Tattoo)

Les tatoueurs ne sont pas les seuls à profiter de toutes ces avancées technologiques, les clients en bénéficient aussi : les deux peuvent élaborer le motif ensemble et manipuler les différents éléments en un rien de temps grâce au numérique. Non seulement cela permet de gagner beaucoup de temps, mais il est également plus facile de produire un dessin que le client aimera. Bien sûr, tous les tatoueurs ne sont pas experts en Photoshop. Mais il est tout à fait possible de demander à un graphiste de créer le motif de vos rêves, puis à un tatoueur de l’exécuter !

L’histoire de Justin Vernon, fondateur du groupe de musique Bon Iver, est un très bon exemple. Vernon a lancé un concours sur 99designs pour créer le motif de son tatouage. Ses instructions étaient assez précises : le nom de son groupe provient d’un épisode de Bienvenue en Alaska, dans lequel les habitants d’une petite ville se souhaitent tour à tour de passer un « bon hiver ». Dans le même épisode, une femme transforme un village peuplé d’habitants assoiffés d’or en véritable lieu culte, en dansant simplement dans une taverne. Les villageois baptisent ensuite la ville après elle : Cicely, Alaska. La direction artistique de cet épisode a, de toute évidence, été influencée par la peinture d’Alphonse Mucha, artiste tchèque du début du 20e siècle, connu pour son style naturel, linéaire, et romantique. « Je voulais un gros tatouage sur mon bras gauche qui ferait penser à cet épisode », explique Vernon. Voici la création qu’il a choisie :

Giulio Rossi

Réalisé par Giulio Rossi. Voir le concours de Justin Vernon ici.

Non seulement cette création correspond parfaitement au brief, mais elle illustre également très bien la facilité avec laquelle on peut effectuer des modifications grâce au logiciel de design. Le graphiste propose au client plusieurs typographies parmi lesquelles choisir. Plus encore, tous les éléments du design peuvent être modifiés de la sorte, qu’il s’agisse de la couleur, de l’échelle, des détails, etc. Vous imaginez le travail qu’il faudrait fournir pour en faire de même à la main ?

L’un des membres de l’équipe de 99designs, Gareett Sussman, avait une idée très précise de ce qu’il voulait, mais aucune image en tête. Son tatouage devait représenter un homme poussant un énorme rocher en haut d’une colline (inspiré du Mythe de Sisyphe), mais il souhaitait également que cette représentation soit différente de celles qu’il avait déjà vues. Il a donc rédigé un brief et lancé un concours sur 99designs.

Au lieu de joindre des images de l’homme, du rocher, ou de la colline, Garrett a fourni aux graphistes des exemples de tatouages qu’il aimait. Ils étaient tous fortement marqués par un style entre design et illustration. La création gagnante se rapproche en plusieurs points des œuvres de Xoil, mélangeant images graphiques et formes géométriques. Elle dégage un sentiment d’ancienneté tout en étant très moderne. Elle est désormais visible sur le torse de Garrett, en dessous de son bras (ci-dessous à droite). On voit bien, sur ces deux photos, qu’un tatoueur talentueux est tout à fait capable de reproduire dans les moindres détails un motif réalisé par un graphiste (ci-dessous à gauche) :

tatoueur talentueux

Réalisé par Ilustreishon. Voir le concours ici.

Si vous avez envie d’un nouveau tatouage, sachez que vous avez plus de choix que jamais! Discutez avec votre tatoueur des nouvelles techniques qu’il/elle expérimente, ou contactez un graphiste pour mettre sur le papier une illustration qui n’existe que dans votre tête. Votre tatoueur sera certainement capable de reproduire le motif de votre choix. Plus de flexibilité pour le tatoueur, plus de choix pour vous, et un monde entier de possibilités pour vous deux.