Il y a certaines choses dans la vie que l’on ne peut pas éviter : la mort, les impôts et la sempiternelle question « qu’est-ce que vous faites dans la vie ? » que l’on vous pose immédiatement après vous avoir serré la main.

En tant que designer UX (« expérience utilisateur»), j’ai eu l’occasion de parfaire ma réponse à cette question à maintes reprises :

Mon métier consiste à comprendre ce qu’il se passe dans la tête des utilisateurs. Je me mets à la place des utilisateurs pour analyser un design, de sorte à anticiper (et éradiquer) tout problème potentiel.
C’est un processus qui n’est jamais terminé. L’expérience utilisateur doit toujours être au centre du design, que ce soit avant, pendant et même après sa réalisation. C’est un vrai défi, constamment remis en question par les différentes contraintes et nombreuses dates butoirs du projet en question.

J’ai préparé une liste de 5 points essentiels à prendre en compte pour vous aider à rester concentré sur l’expérience utilisateur lors de la création de vos designs. Comprendre comment et pourquoi les utilisateurs prennent telles ou telles décisions vous aidera énormément à expliquer vos choix ainsi qu’à les implémenter dans le produit final.

1. Digestibilité

Digestibility

Un bon design est facile à digérer. Notre cerveau ne devrait pas avoir à dépenser une tonne d’énergie pour comprendre ce que nous sommes en train de regarder. Avec un peu de chance, les utilisateurs comprendront sans avoir à lire un mode d’emploi…

Et cela ne veut pas simplement dire créer un design clair et facile à lire. Les gens ont parfois besoin d’être guidés pour pouvoir prendre une décision. Pas étonnant qu’un menu avec 12 options puisse paraître intimidant… Hiérarchiser (taille, couleur, icônes) permet de mettre en avant les choix les plus populaires et d’aider les utilisateurs à trouver ce qu’ils cherchent rapidement.

Les guides d’utilisation pour débutant sont un autre bon exemple de design « digérable ». Ils sont généralement présentés sous la forme d’astuces que tout un chacun peut avaler morceau par morceau. Imaginez-vous maintenant l’inverse : un tas d’informations sorties du contexte du produit, que l’utilisateur débutant devrait trier lui-même… Personne n’aime les mauvaises surprises.

Pensez à toutes les décisions que vous demandez à l’utilisateur de prendre pour l’amener à acheter votre produit. Le cerveau a une quantité limitée de ressources cognitives à utiliser chaque jour, dommage de les dépenser sans but précis !

2. Clarity

Clarity

Un bon design est honnête. En plus de vouloir faire comprendre aux utilisateurs les mots qui constituent votre proposition de valeur, vous voulez également qu’ils saisissent la valeur elle-même. Vous ne vous ferez pas beaucoup d’amis en vous montrant évasif ou ambigu.

En parlant de valeur, il est essentiel d’être clair comme de l’eau de roche en ce qui concerne les prix. Les utilisateurs ne vont pas cliquer sur « acheter » s’ils ne savent pas combien vous allez leur demander. Bien que les « essais gratuits » douteux qui se transforment en prélèvements automatiques semblent être devenus la norme, je doute que ces derniers gagnent les concours de popularité…

Cela peut paraître mielleux, mais suivre les Règles d’Or est une bonne idée. Dites les choses comme vous aimeriez qu’on vous les dise. Soyez aussi clair que possible. Exigez pour les autres ce que vous exigez pour vous-mêmes.

3. Confiance

Trust

Nous faisons facilement confiance à un bon design. Avant de demander à quelqu’un de faire quelque chose, faites tout votre possible pour l’aider à compléter l’action en question. En vous montrant clair et franc, vous gagnez peu à peu la confiance des utilisateurs et augmentez plus facilement, de facto, le taux de conversion final.

Pensez à Uber, par exemple. Ils ont révolutionné la façon dont nous nous déplaçons ! Leur application sauvegarde vos coordonnées bancaires (que vous ne préférez probablement pas communiquer à un parfait inconnu) pour permettre une transaction en toute confiance.

En enlevant le doute, l’expérience est de moins en moins visible. Étant donné que les décisions requièrent de moins en moins de ressources, utiliser le produit devient de plus en plus facile et plaisant.

4. Familiarité

Familiarity

Créer un design révolutionnaire est excellent ! Mais créer un design qui convertit beaucoup de leads est encore mieux. Les nouveaux frameworks et les plug-ins flash n’ont peut-être pas « la classe » sur Dribbble, mais si personne ne clique sur le bouton « achetez-moi », vous allez avoir des problèmes.

Ce n’est pas pour rien qu’il existe des lignes directrices pour chaque plate-forme. Tandis qu’il peut sembler intelligent d’avoir une interface identique d’une plate-forme à une autre, assurez-vous de respecter les spécificités de chaque système d’exploitation. En utilisant les modèles, icônes et styles courants, vous donnez l’impression d’être expert en la matière, même si ce n’est pas forcement le cas.

Il est également important de tester vos designs « en live » pour vous assurer que tout est bien à sa place, dans chaque environnement. C’est là qu’un outil comme InVision prend toute sa valeur. Il est beaucoup plus facile de prétendre être un utilisateur lorsque vous ne devez pas également prétendre utiliser un appareil.

5. Simplicité

Delight

On entend souvent dire qu’avoir une bonne idée n’est plus suffisant de nos jours, que c’est « l’exécution » qui fait toute la différence. Plus les graphistes effectuent ce travail, moins les utilisateurs auront à en faire. Plus vous apportez de la simplicité à un problème complexe, plus l’utilisateur sera content de votre produit.

Le bonheur ultime c’est lorsque l’utilisateur oublie que votre produit est… un produit. Votre design est tellement bien pensé qu’il n’est même plus compris comme en étant un. Il devient simplement quelque chose d’utile dans la vie.

Mettez-vous à la place de l’utilisateur

Réaliser un design en ayant des intentions bien définies montre que vous vous souciez de l’utilisateur, vous pousse à faire de meilleurs choix et créé une meilleure expérience utilisateur. Ceci est important étant donné que 68 % des utilisateurs qui partent le font parce qu’ils pensent que vous ne vous souciez pas d’eux (nous, on sait que ce n’est pas vrai !)

Vous pouvez vous-mêmes juger de l’expérience utilisateur de votre propre produit tant que vous êtes honnête avec vous-mêmes. Mettez-vous à leur place et envisagez chaque action du point de vue de quelqu’un d’exténué. Sur quoi allez-vous cliquer ?

Cette article a été écrit initialement pour Sitepoint par Clark Wimberly, Content Designer chez InVision.